Soccer Fair-Play: Donnez à tous la chance de jouer!

Donnez à tous la chance de jouer!

22 novembre 2017

C’est l’organisation Jeunesse au Soleil qui est rapidement venu à l'esprit de Laila Piumbini lorsqu’elle a commencé à organiser un tournoi de soccer avec ses amis. Ayant grandi dans le quartier Plateau-Mont-Royal, Laila connaissait bien la mission de notre organisme. Ses amis ont tous fait du sport à Jeunesse au Soleil et elle se souvient d’avoir grandi en souhaitant que l'organisation ait une équipe de soccer.

Fière fille d'une mère célibataire et travailleuse acharnée, Laila a toujours eu une grande passion pour le soccer. Elle joue d’ailleurs dans trois ligues. Après avoir été diplômée de l’école de gestion John-Molson et avoir obtenu un emploi à titre de représentante des services d’investissements à la Banque Royale du Canada, elle se sentait prête de redonner à la communauté.

Le fiancé de Laila, Joseph Francis Espinosa, partage également sa passion pour le sport et son engagement communautaire. Il l’a d’ailleurs aidé à organiser l'événement. « Lorsque Laila a évoqué l'idée de combiner le sport et la charité, j'ai sauté sur l'occasion », explique Espinosa. « Sachant que Jeunesse au Soleil est une organisation qui s'efforce d'équilibrer les règles du jeu pour tout le monde, j'ai été grandement inspiré. J'ai commencé à réfléchir et c’est à ce moment que la notion de Fair-Play est apparue comme un processus organique ».

Donner à chacun la possibilité de jouer ne s'applique pas seulement à l’ethnie ou aux moyens financiers, mais aussi aux genres. Il n'y avait aucun doute dans l'esprit des organisateurs que le tournoi serait mixte. « J'ai eu la chance d'avoir déménagé dans un pays où les garçons avec qui je jouais au soccer ne m'ont jamais exclu parce que j'étais une fille », explique Laila. « Au lieu de cela, ils sont devenus mes amis et m’offraient même des conseils sur le terrain. Lorsque j’étais petite fille, je rêvais de jouer dans la même équipe que les garçons. J'ai toujours pensé que c'était stupide de me séparer de mes amis en fonction de mon sexe et non de mes compétences. Par conséquent, faire de ce tournoi un événement de soccer mixte n'était pas seulement un moyen pour moi de réaliser ce rêve, mais également d'inspirer d'autres jeunes filles ».

Le 21 octobre dernier, 8 équipes se sont affrontées au Soccerplexe Catalogna de LaSalle. Parmi celles-ci, on retrouvait les Belles et les Bêtes, l'Arc-en-ciel ainsi que les Blue Devils et Chelsea (les deux équipes de la RBC). Le tournoi a été remporté par les River Rats lors d'une finale captivante contre l'équipe Child Support. Cet évènement sportif a permis d’amasser plus de 2 500 $ pour nos programmes de sports et de loisirs s’adressant aux jeunes. « Il est vraiment important pour moi d’aider Jeunesse au Soleil et de créer un événement comme celui-ci pour les enfants parce que le soccer est un sport international qui rassemble non seulement des garçons et des filles, mais aussi des gens de différents pays. Le sport a un pouvoir qui transcende les frontières et les conflits », conclut Laila.

L'événement n'aurait pu être possible sans le soutien de commanditaires tels que CappCo, le gym Mindful et Fit, le restaurant Rasoi et sans la contribution des groupes-ressources d’employés de la RBC NextGen. RBC NextGen est un mouvement qui permet aux employés de 20 à 30 ans d'établir des liens avec leurs pairs et leurs dirigeants tout en créant un impact positif au sein de la RBC ainsi que dans la collectivité. (Source : site Web de la RBC). Le tournoi de soccer Fair-Play a été le premier de ce que les organisateurs espèrent d’être d’une longue tradition. De plus, fidèle à la vision de la RBC NextGen, le tournoi a déjà créé les bases d'un réseau qui pourrait mener au rêve de Laila, qui est de rendre le soccer accessible aux enfants vivant dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, et ce, avec l'aide de nombreux bénévoles et de Jeunesse au Soleil.

1H1A7243_colour_Sport&Rec.jpg

Joseph Francis Espinosa et Laila Piumbini remettant un chèque de 2 500$ à Jeunesse au Soleil. Photo: Ann St Arnaud.